Mafiya de Bernard Dufourg

Ce livre ressemble un peu à un vieux roman d’espionnage, une prostituée russe, un héros reporter, des réseaux qui permettent au héros de sortir de la Russie…
Il se compose en deux terrains principaux : la Russie et le pays Basque et la question est à quel moment nous allons de l’un à l’autre. Un roman avec une structure à plusieurs voix qui relancent l’intrigue, on sait depuis le début que ça va se croiser, qu’il y a une somme d’argent qui devrait faire le lien entre les différentes affaires (le héros et une prostituée russe en fuite, et son fils en conflit avec des gangsters locaux) et le jeu est de trouver à quel moment ça va se lier, se regrouper et de quelle façon.
L’écriture n’est pas très marquante, mais les descriptions des lieux, des atmosphères sont assez justes, par contre à deux, trois moments, les relations entre les protagonistes frisent la mièvrerie.
Un livre qui reprend ce côté roman « populaire », presque feuilletonesque qui n’a pas peur du cliché, le principe est un pur principe de plaisir, un livre plutôt ludique ni renversant, ni désagréable.
Mafiya de Bernard Dufourg, Les Contrebandiers Éditeurs, 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *