Le dossier Lazare de Stéphanie Benson

Ca commence par une claque, un jeune homme tue toute sa famille, tente de se suicider et tombe dans le coma. Un flic, qui s’enfonce parce que sa femme veut le quitter, enquête sur ce crime et en fait une affaire personnelle. Il s’instaure une communication entre le jeune dans le coma et lui, un dialogue à la limite du monde réel.
On pense au départ qu’on va avoir affaire à une enquête policière classique, mais petit à petit cette enquête n’est qu’un arrière-plan, un prétexte. Stéphanie Benson écrit un roman d’une noirceur absolue et suit cette direction du début à la fin sans faiblir, elle ne se laisse pas aller à des digressions, ou alors celles-ci convergent toutes vers un même projet, la description d’un être à la dérive, à travers ce beau personnage de flic déraciné qui s’identifie à un meurtrier déraciné lui-aussi, un flic dont l’état mental vacille, qui se laisse submerger par la violence et envahir par le mal et la douleur, le livre entier se trouve à son image contaminé par une sensation morbide qui laisse des traces. Le style est tendu, nerveux sans être original pour raconter cette histoire qui glisse vers le fantastique.
Le dossier Lazare de Stéphanie Benson, Rivages/Noir, 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *