Sophie Di Ricci, 2011

« Gibert Platier avait vu juste. Godzilla aussi. Ils étaient des amateurs. Ils n’y connaissaient rien. Deux Al Capone clochardisés, en virée dans l’underground lumpenprolétaire. Politiquement, ils étaient des bouffons.
– J’ai juste sniffé. Une toute petite trace. C’est pas grave.
– Si c’est grave. Tu fais chier !
– Sam, je voulais tester sa dope. Pour voir s’il était aussi influent qu’il le prétend et…
– Ça me tue que tu fasses comme nos putain de vieux ! Ils t’ont pas servi d’exemple, merde ? »
Sophie Di Ricci, Jaguars.

Sophie Di Ricci écrit du roman noir sans s’en rendre compte, mais son écriture directe, rythmée apporte un nouveau souffle dans le genre, un souffle fait de violence, de moiteur, de désespoir et de tendresse dans une littérature qui devient de plus en plus aseptisée.
Face à la mode de ces romans policiers à l’ancienne avec un flic, un crime horrible, une enquête et tout qui rentre dans l’ordre à la fin, les livres de Sophie Di Ricci font tâches, comme dans tout bon roman noir, elle écrit de l’autre côté de la matraque, avec une spontanéité que l’on retrouve dans cet entretien qui s’est déroulé aux journées Sang d’Encre de Vienne en novembre 2011.
Son dernier livre paru, Jaguars publié par les éditions Moisson Rouge, raconte l’histoire de deux frères déphasés, anciens membres d’un groupe punk et de leur rencontre avec un petit mafieux peut-être encore plus déjanté qu’eux.

BM : Comment êtes-vous arrivée au roman noir ?
Sophie Di Ricci : J’ai toujours écrit des trucs assez violents avec des meurtres et des beaux mecs, mais je ne savais pas que c’était du roman noir en fait. J’ai fini mon premier manuscrit, Moi comme les chiens, quand j’avais 23 ans, c’était en 2006 et on m’a dit que c’était du polar qu’il fallait l’envoyer à des éditeurs de polars donc je l’ai fait mais moi je n’étais pas quelqu’un du tout qui avait une culture polar ou qui en lit.

BM : Moi comme les chiens, ça parlait de quoi ?
SDR: Moi comme les chiens, c’est une histoire de vengeance et une histoire d’amour entre deux hommes, c’est l’histoire d’une vengeance… je ne suis pas très douée pour présenter mes livres, je suis vraiment nulle pour ça, les quatrièmes de couv’ sont très bien faites… Rires

BM : Pour parler du second, Jaguars, pour moi c’est du roman noir parce que c’est écrit du côté des perdants, ou du côté des losers, écrire du roman noir c’est d’être de côté-là, de ce monde là…
SDR : Le monde que je décris c’est le monde de leur classe sociale, c’est peut-être une classe sociale de perdants, je ne sais pas. Quand je décris les jeunes qui sont à Rive-de-Gier, ce sont des jeunes qui rouillent en fait et qui se font chier… moi je n’ai pas vécu à Rive-de-Gier mais à Montbrison, j’ai pas mal traîné sur Saint-Étienne et ensuite à Villeurbanne et c’est comme ça qu’on traînait, on rouillait, on n’avait pas de boulot, on se faisait chier quoi. Donc c’est un peu la jeunesse que j’ai connue et que j’ai vécue.

BM : Quand je dis que ce sont des perdants c’est parce qu’on sent que tout ce que tentent les personnages, c’est compliqué, qu’ils vont souvent vers l’échec même si ce n’est pas volontaire.
SDR : Ouais, ça finit pas trop mal quand même pour eux… On utilisait pas mal le terme galère à l’époque quand on avait 16, 17 ans. C’est l’impression que finalement, il n’y a jamais rien qui s’améliore, on ne trouve pas de boulot, c’est une spirale, et après comme on est pauvres, on s’en sort mal, on ne rebondit pas, et les choses vont de pire en pire et c’est quelque chose que j’avais envie de traduire. C’est pas quelque chose que j’ai tant vécue personnellement parce que j’ai pas mal bougé, je suis allée au Canada, mais des amis semblaient dans cette spirale où on ne s’en sort pas donc le but est plus pour traduire un sentiment de galère.

BM : C’est comme le personnage de Sam, on sent qu’il a des projets, des choses lointaines…
SDR : Je voulais parler de l’engagement, enfin de ce que lui considère comme de l’engagement politique, je me suis pas mal intéressée à ça, et je me suis rendu compte qu’un jeune qui commence à acquérir ce qu’on pourrait appeler une conscience de classe, à tord ou à raison, la question n’est pas de dire si c’est bien de s’engager à l’extrême-gauche ou dans les mouvements communistes, je crois que ce jeune il n’y comprendrait rien, il n’y a plus aucune structure qui est là pour faire de l’éducation populaire et politique. Avant il y avait le PCF qui était immense, très fort avec des structures de formation qui étaient très efficaces, il y avait les FRANCAS, etc. et maintenant il n’y a plus rien de tout ça. On peut se dire que quelqu’un de ce milieu là qui n’a pas d’éducation et qui voudrait se consacrer à un mouvement comme ça, à la limite il pourrait même pas le faire parce que je ne vois pas comment il pourrait le comprendre. Mes amis ne comprennent pas du tout les livres de Marx, voir même ils s’en foutent mais même s’ils en feuillètent, ils n’y comprennent rien, ce n’est pas possible qu’ils le comprennent, c’est un peu ce que j’avais envie de dire…

BM : Ce qui est intéressant c’est que tous les personnages, que ce soit lui ou Godzilla, peuvent être naïfs à la fois touchant, puis violents, ça crée un rythme dans le livre, on ne sait jamais dans quel sens ça peut basculer, parfois on est surpris parce que c’est beaucoup plus sympa que ce qu’on pensait, parfois beaucoup plus violents… ça crée une structure, une tension…
SDR : C’est comme ça la vie, les gens sont comme ça… Les personnages sont comme ça parce que des fois, on peut décevoir à fond, et des fois il peut y avoir un geste vachement gentil de gens dont on n’attend pas ça.

BM : On pense au début que le personnage de Godzilla est juste une grosse brute mais il s’étoffe par rapport à ça au fur et à mesure. Vous parliez d’une histoire d’amour, et là c’est aussi une histoire d’amour avant tout ?
SDR : Euh ouais, plus que dans Moi comme les chiens. Je ne sais pas si histoire d’amour est approprié, certains disent que c’est une histoire d’amour donc je le réutilise, je ne sais pas si amour, c’est le bon terme. Je vois plus ça comme des gens qui sont très seuls et qui se rencontrent et finalement qui cherchaient à combler quelque chose, qui cherchaient à combler leur solitude, et en l’occurrence ce sont des gens qui couchent ensemble, je ne sais pas si j’utiliserais le terme amour pour qualifier la relation qu’ils ont. L’amour, c’est toujours l’alibi d’un crime, ça sert à cacher quelque chose qui est assez malsain enfin surtout dans la littérature, comme ces alliances de classe entre des personnages que tout oppose mais comme ils s’aiment, c’est possible, ce sont des gens qui sont très seuls et qui se rencontrent et qui font l’amour ensemble.

BM : Et qui ont besoin d’être dépendant l’un de l’autre, de créer une dépendance…
SDR : Voilà…

BM : Est-ce que vous vous êtes posée la question du côté trash ? Ça pourrait être trop ou pas assez, mais c’est entre les deux, ce qui m’a touché c’est que ce n’est jamais dans la provocation…
SDR: Je regrette ne pas me la poser plus cette question, parce que j’ai vraiment écris cette histoire sans me poser de question et je constate qu’il y a beaucoup de gens qui ne retiennent que ça, et ça me fait un peu chier parce que moi je n’écris pas des livres pour qu’après on se rappelle qu’un personnage a sodomisé un autre avec un gun, ou je ne sais pas ce qu’il y a dans l’autre, des scènes plus ou moins trashs alors que pour moi ce n’est pas ça le truc… alors j’aurais dû plus faire attention. Je regrette.

BM : Ce que je trouve intéressant, c’est que ça devient un décor normal, la question ne se pose plus tellement, ils vivent dans ce monde là, c’est leur univers et c’est tout…
SDR : Normalement, ça devrait être ça, mais beaucoup de lecteurs… après ce sont des gens qui n’ont pas l’habitude de lire ce genre de livres… Quand on me pose la question sur ce que j’écris, je dis que j’écris des livres pour adultes, des livres pour adultes qui ne concernent que les adultes, il ne faut pas lire ça si on veut lire des livres grands publics que les enfants peuvent lire, bon comme je suis en polar, il y a des gens qui voient ça sur la table des polars, il y a la pile Jaguars

BM : A côté de Camilla Läckberg…
SDR : … et ce n’est pas un polar comme ça, c’est un livre qui est réservé aux adultes…

BM : Mais pour moi c’est ça le polar par rapport au roman policier qui est plus propre.
SDR : Tu vois, il y a des gens qui m’ont écrit, qui ont pris ce livre et qui me disent que ça avait l’air bien, qui ont lu le quatrième de couverture qui n’est pas très explicite, qui me demandent qu’est-ce que c’est que ce livre ? c’est de la pornographie ! c’est porno ! c’est ordurier ! comment on peut écrire ça ? Comment ça peut être publié, c’est une honte !… Moi je ne regrette un peu finalement de ne pas avoir réussi à faire quelque chose de plus universelle, ce qui est une qualité, de pouvoir écrire pour tout le monde. Du moment que tu fais quelque chose de sectaire, c’est dommage, j’aurais dû me poser plus la question.

BM : C’est marrant, parce que c’est un peu sex and drugs and rock’n’roll mais ce n’est pas plus trash que…
SDR : J’ai lu des trucs pires, quand on me dit que c’est dégueulasse, c’est porno, moi je dis vous avez lu Jean Genet…

BM : Ce que je trouve c’est que ce n’est pas provoquant, en tout cas pas volontairement…
SDR : Mais Jean Genet ce n’est pas volontairement provoquant non plus mais je trouve ça quand même plus trash que ce que j’écris de loin en matière érotique…

BM : Peut-être que les gens n’ont pas l’habitude de trucs érotiques entre deux mecs…
SDR : Ben oui et comme je suis une nana… je serais un mec, les gens se diraient que c’est un pédé qui écrit sur les pédés, là comme je suis une nana ils se disent mais pourquoi elle fait ça ? Pourquoi elle utilise des mots comme ça ? Il y a pas mal de mecs qui m’ont dit pourquoi utiliser des mots aussi moches quand on est une jeune femme, mignonne et tout, enfin voila.. après chacun a sa façon d’interpréter un livre, c’est une bouteille lancée à la mer…

BM : Au niveau de la forme on sent un travail sur la simplicité, sur la rapidité…
SDR : Les trucs compliqués ça me fait chier, c’est chiant, moi je vais au plus simple possible, je travaille pour que ce soit le plus simple avec des mots simples…

BM : J’ai l’impression qu’il y avait une volonté de faire quelques passages un peu longs et descriptifs où vous plantez le décor, après c’est bon, il n’y a plus besoin de le faire, on est dedans…
SDR : Peut-être que ça vient de la BD, je faisais de la BD en amateur, et le principe c’est quand tu commences une histoire, tu commences par le décor puis tu fais ton truc. J’avais le guide du mangaka de Akira Toriyama et il disait de commencer son histoire par une case où on voit le décor, c’est super important, et du coup ça a du me marquer au point de le mettre dans mes romans…

BM : Comme quand ils arrivent sur Paris, il y a une petite description, et après il n’y en a plus besoin…
SDR : C’est chiant aussi les descriptions…

BM : J’ai l’impression que les personnages sont plus décrits par les dialogues qu’ils ont que par une description d’eux, ce sont les dialogues qui leur donnent leur profondeur…
SDR : Oui, j’aime bien les dialogues en fait. J’aime bien, c’est un truc que je kiffe bien, que je sais bien faire alors…

BM : Quand vous écrivez, l’important c’est l’idée de rythme, ou l’ambiance… ?
SDR : Déjà écrire une histoire, c’est pas mal, alors le rythme, l’ambiance… j’écris une histoire, au début je ne l’ai pas vraiment, et puis ça vient petit à petit, des fois, ça foire, ça n’aboutit pas, alors j’abandonne le roman, je fais un autre truc. Mais une fois qu’elle est là, j’écris mon bordel, je suis contente parce que c’est chiant d’écrire il ne faut pas croire. Les gens s’imaginent que c’est super bien d’écrire mais on gagne rien, on ne gagne pas d’argent, ça prend toute la journée. Franchement n’écrivez pas, c’est relou, je le pense.

BM : Le fait de débuter chaque passage avec une phrase très anodine, très prosaïque… C’était une façon de mettre une certaine distance ?
SDR : J’avais commencé à faire ça avec Moi comme les chiens, et je ne sais pas, j’aime bien cette façon de faire. Comme ça quand je veux retrouver un chapitre, je sais où il est. Je sais que c’est la clé à molette, je ne sais pas pour Jaguars, il y a au cinoche, Paris ville de merde, ça vient peut-être des mangas quand j’en lisais avant, je ne sais pas ça vient peut-être de là… je ne sais pas, je m’en rappelle plus…

BM : Ça crée une certaine distance sans qu’il y ait de jugements…
SDR; T’as kiffé, t’as vraiment lu le livre… putain… Rires

BM : Ben je travaille…
SDR : C’est très bien mais tes questions sont bien compliquées… Rires. C’était quoi la question ?

BM : Ça crée une petite distance, une légère ironie mais sans jugement…
SDR : Moi je n’ai pas envie de juger mes trucs… le lecteur les juge tout seul. Ils sont assez grands, je n’ai pas envie de juger mes personnages, les gens sont assez grands et intelligents, c’est à eux de le faire, c’est aux lecteurs, ce n’est pas à moi.

BM : J’ai lu quelque part que c’était plus le cinéma que le roman qui vous influence.
SDR : C’était dans le sens où je ne lis pas de polar, ça me fait chier, les histoires avec des flics qui font des enquêtes… Du coup je vais plus connaître le polar par les films et encore, ce sont des films connus, Taxi Driver, ou le japonais Takeshi Miike que tout le monde connait… en plus je ne vais plus au cinéma donc je suis totalement en dehors du coup, mais je vais plus au cinéma dans le sens où je suis très contente que des gens lisent des polars mais moi ça ne m’intéresse pas plus que ça…

BM: Et la musique, le côté groupe punk, c’est un univers qui vous intéresse ?
SDR : C’est en fait que je trouve que les gens qui ont ce genre là mignons, mais sinon ça me fait chier, le rock, j’en ai marre, j’en ai écouté toute mon enfance. C’est juste que je les trouve mignons, j’aime bien les mecs dans des jeans slim, les cheveux longs, bien minces, je les trouve bien, c’est tout donc je les mets dans mes romans, je trouve ça marrant. Ils me font bien kiffer.

BM : Vous avez des projets de roman noir ?
SDR : Je suis en train de travailler sur un truc qui se passe pendant Thermidor à la révolution française, c’est une période qui m’intéresse, mais ça restera mon truc.

BM : Des punks pendant la révolution française…
SDR : Voilà…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *